L’autisme chez un enfant : causes, manifestations et traitements

L’autisme chez un enfant : causes, manifestations et traitements

Bien qu’on en parle moins, l’autisme est un phénomène qui est loin d’être un cas isolé. En effet, on estime en moyenne qu’une personne sur 160 est atteint du trouble du spectre autistique. Les signes précurseurs de cette anomalie peuvent être détectés dès l’enfance, bien que certains cas ne se font remarquer qu’à l’âge adulte. Bien qu’il ne soit pas considéré comme une maladie, l’autisme est la cause d’une multitude de troubles de comportement chez le sujet, ce qui peut donner l’impression d’un déséquilibre. Cependant, il a été identifié comme étant un handicap en France.

L’autisme, ce qu’il faut savoir

Par définition, l’autisme est désigné comme étant un trouble du développement mental. Il donne suite à des altérations sur le comportement, le langage, l’interaction sociale et sur le plan émotionnel. Les causes prétendues de l’autisme sont multiples. Certains experts l’identifient comme un trouble hérité des antécédents génétiques des parents. Pour d’autres, il est le résultat de plusieurs facteurs survenus au cours de la grossesse : alcoolisme, prise de médicaments ou encore l’exposition à des produits nocifs à l’instar des pesticides. Certains estiment qu’en plus des causes d’ordre génétiques, les autres facteurs du trouble se développent au fur et à mesure que l’enfant grandit.

Reconnaître un enfant autiste

Un autiste se démarque souvent par sa difficulté à interagir avec le monde qui l’entoure. Cela peut se traduire par des cas de mutisme sélectif. C’est-à-dire que le sujet se trouve dans l’incapacité à communiquer avec d’autres personnes, même s’il est capable de parler et de comprendre ce qu’on lui dit. L’un des signes distinctifs de l’autisme est le désintérêt de l’enfant vis-à-vis des activités qui pourtant peuvent captiver des enfants de son âge. Cette autre perception de la réalité peut mener l’enfant à adopter des comportements irrationnels tels que l’insensibilité émotionnelle ou réactionnelle. Il peut également être sujet à l’hyperactivité, ce qui se manifeste généralement par des agissements excessifs, donnant suite à des maladresses ou des comportements agressifs. Insensible à la présence d’autres personnes, l’autiste a coutume de s’enfermer sur lui-même et aime être seul la plupart du temps.

Les traitements appropriés

À ce jour, aucun traitement n’a été reconnu comme étant une solution pour guérir l’autisme. Cependant, des alternatives peuvent être envisagées afin d’alléger les troubles qui atteignent le sujet. Les chances de réussite sont d’autant optimisées si le trouble est détecté assez tôt.

    • La prévention

Les précautions sont à prendre dès la grossesse. En effet, une femme enceinte doit avoir une hygiène de vie saine afin de ne pas compromettre l’état de son enfant. Ainsi, il lui est conseillé de faire attention à ce qu’elle ingère, tout en évitant l’excès. L’alcool, les drogues et d’autres produits nocifs sont fortement proscrits.

    • Les médicaments

Si les signes de l’autisme sont détectés dès l’enfance, les médecins peuvent prescrire des médicaments comme les neuroleptiques afin de stimuler l’enfant et d’influencer son comportement. Toutefois, un traitement médicamenteux ne garantit pas forcément des résultats fiables du fait que les troubles peuvent varier d’un enfant à un autre.

    • Les mesures d’accompagnement

À défaut d’un traitement fiable, le suivi personnalisé peut s’avérer efficace pour soigner ou du moins alléger les troubles liés à l’autisme. Si l’enfant éprouve des difficultés à interagir avec d’autres personnes, c’est à son entourage d’essayer de se rapprocher de lui en engageant des discussions et des rapprochements soignés. Il faut pour cela le rassurer et éviter les gestes brusques pouvant l’intimider. L’encourager à s’exprimer est également un bon moyen de stimuler son intérêt vis-à-vis du monde qui l’entoure. En parallèle, la psychologie peut jouer un rôle important dans l’accompagnement de l’enfant. En ayant recours à des techniques bien adaptées, les psychologues peuvent faire en sorte d’atténuer les symptômes du trouble.

L’autisme, un phénomène dangereux

Même s’il n’est pas considéré comme une maladie, l’autisme est un fléau qui paralyse celui qui le subit et son entourage. En effet, sa difficulté à prendre part aux interactions sociales va causer chez l’enfant une tendance à s’enfermer et à s’isoler. Cet isolement peut avoir des répercussions sur son avenir puisqu’il aura du mal à vivre en collectivité, ce qui rendra difficile son intégration dans le milieu scolaire ou professionnel. L’insensibilité dont il fait preuve peut s’endurcir avec le temps, ce qui développera chez lui un caractère antisocial, voire même psychopathique.

Post Comment